Et si on était culottées ?

E

Quel meilleur jour que le 8 mars pour évoquer les femmes ? Je sais que ça peut paraître rasant une femme qui parle des femmes le jour de la femme. Il y a quelques temps, j’aurais trouvé ça relou. Oui, mais ça c’était avant. Avant quoi ? Eh bien, avant que je n’aie un enfant. Ok, la femme qui va parler des femmes le jour de la femme juste parce qu’elle a vu la lumière le jour de son accouchement : relou. Non, en fait je n’ai pas du tout vu la lumière mais subi la violence obstétricale, vu mon corps éventré et rencontré ma fille dans un couloir (mal) shootée à la morphine. Mais c’est une autre (sale) histoire. Mais, malgré tout, une révélation : je suis une femme. Il aura fallu que je donne la vie pour que j’en prenne pleinement conscience. Évidemment la femme en moi ne s’est pas révélée qu’à travers cette maternité. Heureusement d’ailleurs. Mais je vois cet électrochoc comme point de départ d’une réflexion plus active sur ce qu’est une femme. Et finalement sur ce qu’est le féminisme. Un mot qui m’a longtemps profondément emmerdée. Parce qu’il invitait à écraser les hommes. Parce qu’il invitait soit à chanter à moitié nue en amassant des millions (Beyoncé), soit à être aigrie, seule, moche (toutes les autres). Parce qu’il était utilisé (trop) souvent par (trop) de personnes. Parce qu’à mes yeux, il n’avait plus aucun sens.

Il me semble important aujourd’hui, voire indispensable de se réapproprier ce mot. De le réfléchir. De le décortiquer. De le conjuguer. De le vivre. De l’écrire. De le dessiner aussi.

Il me semble important aujourd’hui, voire indispensable de se réapproprier ce mot. De le réfléchir. De le décortiquer. De le conjuguer. De le vivre. De l’écrire. De le dessiner aussi. Et Pénélope Bagieu le fait avec un talent immense avec ses albums Culottées. 30 portraits de femmes qui ne « font que ce qu’elles veulent ». 30 femmes inspirantes aux parcours détonants : Clémentine Delait, femme à barbe assumée ; Lozen, guerrière et chamane ; Agnocide, gynécologue de l’Antiquité ; Giorgina Reid, mamie qui a sauvé la phare de Montauk ; Phulan Devi, Reine des bandits ; Christine Jorgensen, première transgenre… Autant de femmes qui ont fait de leur vie un choix. C’est passionnant, drôle (évidemment, c’est Pénélope Bagieu !), émouvant, intelligent. Un album qui doit absolument camper sur toutes les tables de chevet, qui doit être offert, qui être transmis. Tout comme le dernier texte signé par Chimamanda Ngozi Adichie, Chère Ijeawele, destiné à une de ses amies qui vient d’avoir une fille. Un véritable manifeste pour une éducation féministe signé par celle qui a prononcé ces mots lors de son TED Talk « We should all be feminists » et qui a été samplé par… Beyoncé naturellement ! Alors, « Who run the world » ?

A propos de Frida

Frida

Je m’appelle Frédérique (ou Frida) et je suis productrice de contenu rédactionnel.

J’ai lancé mon activité freelance en 2014 après avoir été consultante en relations presse – relations publics au sein d’agences de communication à Lyon, Paris et Genève.

Par Frida

Frida

Je m’appelle Frédérique (ou Frida) et je suis productrice de contenu rédactionnel.

J’ai lancé mon activité freelance en 2014 après avoir été consultante en relations presse – relations publics au sein d’agences de communication à Lyon, Paris et Genève.

Suivez-moi

Vous pouvez me suivre et me contacter via les réseaux suivants

Articles récents

Catégories